Une experte en escrime parle de la magie du développement à long terme et d’un environnement positif

Maia Rathwell (en bas)

Le premier sport auquel Maia Rathwell s'est intéressée est l'escrime, à l'âge de 12 ans. Aujourd'hui enthousiaste du développement à long terme  et entraîneuse d'escrime en Croatie, elle est passionnée par l'utilisation de la mentalité CrossFit pour créer un sentiment d'inclusion chez ses athlètes. Elle s'est récemment entretenue avec Zoran Stojkovic, de Le sport c'est pour la vie, sur la façon dont elle a utilisé les principes du développement à long terme pour créer des voies d'accès pour tous.

Pour elle, cela commence par bannir la négativité de l'espace sportif.

« Je pense simplement que cela fait partie de ma personnalité que tout est OK pour moi, sauf si quelqu'un me manque de respect. Je pense vraiment que c'est la chose la plus importante. Si je sens de la négativité dans mon club, nous arrêtons tout et nous en discutons : c'est la seule chose que nous ne pouvons pas faire. Pas de mépris pour quelqu'un, pas de mépris pour soi-même pour de petites erreurs que l'on va corriger de toute façon », a déclaré Rathwell.

« Je ne permets jamais à mes athlètes de dire « Oh mon dieu, j’ai été si stupide ». Non, non, non. Rien de tout cela. C'est juste « regroupons-nous, voyons ce que nous pouvons faire de mieux, voyons comment cela peut tourner bien pour nous tous, concentrons-nous sur les choses positives tout le temps sans exception ». »

L'objectif de Rathwell, en entraînant son groupe d'escrimeurs, était d'utiliser des bribes du cadre du développement à long terme par petites touches pour voir comment le développement à long terme pouvait influencer son groupe de manière positive. Elle décrit son expérience d'entraîneur d'escrime à Zagreb comme une micro expérience de Le sport c'est pour la vie. Les résultats étaient incroyables : augmentation de la rétention, développement, plaisir et satisfaction des athlètes. Cela a également conduit à des succès en compétition.

Dans son groupe, elle a des athlètes aux niveaux d'habileté variés, dont une personne à qui il manque un bras et une autre qui revient à l'escrime après des décennies d'absence. Elle reconnaît que chacun d'entre eux a besoin d'un parcours unique et elle s'efforce de le leur fournir.

« Pour garder tout cela sous contrôle, il faut être positif et rendre cela amusant. Lorsque j'essayais de mettre en œuvre le développement à long terme du point de vue des décideurs, je trouvais que cela semblait vraiment bien sur le papier, mais je ne savais pas si cela se révélerait génial dans la pratique, mais maintenant je sais que c'est vraiment le cas. »

L'intégralité de l'entretien est disponible sur YouTube à l'adresse suivante : Interview with Maia Rathwell - YouTube.

X