Un projet pilote à Calgary vise à développer la littératie physique chez les nouveaux arrivants

Un projet pilote conçu pour offrir aux jeunes nouveaux arrivants des occasions de développer leur littératie physique a été lancé à Calgary, et les chercheurs sont impatients de voir l’impact qu’auront les deux programmes de huit semaines sur ces jeunes. Appelée Immigrant-Focused Physical Literacy for Youth (iPLAY), cette initiative unique encourage les jeunes à participer à des séances hebdomadaires de 90 à 100 minutes afin de s’initier à de nouvelles activités.  

« C’est une excellente façon pour les nouveaux arrivants de participer à différentes activités sur glace comme sur terre, la plupart, pour la première fois. Ces jeunes peuvent choisir entre des activités dans un aréna comme la luge sur glace et le curling humain ou bien encore dans un gymnase comme le basketball en fauteuil roulant et le kinball. L’objectif général est de les aider à acquérir de la confiance et à entrevoir de nouvelles manières de bouger. Le mouvement sur la glace constitue une nouveauté pour la plupart d’entre eux », a déclaré Matt Kwan, responsable de la recherche pour le projet pilote. 

« Nous avons essayé de nous éloigner des sports traditionnels et de proposer des jeux et des activités qui sortent de l’ordinaire. Les installations WinSport que nous avons utilisées sont idéales, car elles permettent aux participants de prendre part à une série d’activités telles que le tir à l’arc en plein air, tout en ayant accès à un centre d’entraînement de haute performance. »

Matt Kwan est professeur associé en Études sur les Enfants et les Jeunes à l’Université Brock, et titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 sur la santé mentale et la performance des jeunes. Codirigé par WinSport, ce projet pilote est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. De plus, Kwan et son équipe ont reçu un financement des Instituts de recherche en santé du Canada pour organiser le Sommet iPLAY. Pendant deux jours, 40 délégués de tout le Canada s’y sont réunis pour se mobiliser et discuter des possibilités futures de co-développement et de mise en place d’une variété de programmes de littératie physique pour les nouveaux arrivants. 

Selon M. Kwan, Calgary occupe une position privilégiée pour accomplir ce travail en raison des collaborations et des partenariats en réponse aux besoins des enfants et des jeunes avec un handicap déjà en place. 

« Ce qui est unique à Calgary, c’est le grand nombre d’établissements et organisations qui se parlent et travaillent déjà ensemble. Ils ont créé ce bel écosystème de collaboration qui donne aux enfants, quelles que soient leurs habiletés, la possibilité de participer et d’être inclus dans une variété de programmes. Nous voulons créer quelque chose de semblable pour les nouveaux arrivants. Il est important pour nous d’être flexibles dans la façon dont nous offrons nos services dans différents contextes et que des programmes de qualité leur soient accessibles. » 

L’objectif final sera de mettre en place des programmes et des pratiques fondés sur des données probantes dans tout le pays afin d’offrir de meilleures opportunités à tous les nouveaux arrivants au Canada. « À en juger par le succès des huit premières semaines du projet pilote, l’avenir est prometteur », estime-t-il.

« C’est l’un des projets les plus gratifiants auxquels j’ai participé depuis longtemps. Lors de la première rencontre, les sourires sur le visage des jeunes était vraiment agréable à voir. Ce que nous essayons de faire avec ce projet, c’est de déterminer la faisabilité de ce programme, et nous avons pu voir que tout est conforme en voyant les gens qui reviennent chaque semaine de manière assez constante », a-t-il déclaré. 

Chaque semaine, les animateurs remplissent une liste de contrôle pour faire le point sur la manière d’évaluer la littératie physique chez les enfants et sur ce qu’ils auraient pu faire de mieux. Jusqu’à présent, les commentaires ont généralement été positifs, avec un engagement solide du groupe. Les animateurs en ont profité pour repenser la façon de répondre aux besoins des participants qui s’identifient comme femmes, et leur sensibilité culturelle face aux participants qui s’identifient comme hommes. Des améliorations sont actuellement apportées à ce sujet. 

Les évaluations sont intégrées dans tout le programme. Les participants remplissent des questionnaires, qui sont combinés à l’évaluation de leurs habiletés motrices avant et après le programme. Certains jeunes participeront également à des entrevues pour détailler leurs pensées et leurs expériences.

En plus des responsables du programme WinSport, l’équipe comprend aussi deux animateurs de la Calgary Catholic Immigration Society (CCIS), qui, selon Kwan, ont joué un rôle crucial dans la réussite du projet pilote. 

« Ils ont été très utiles grâce à leur familiarité et aux liens qu’ils entretenaient avec les jeunes réfugiés recrutés pour l’étude. Il est important de noter qu’ils ont également aidé à la traduction, car certains de ces jeunes ne sont au Canada que depuis quelques mois », a déclaré Kwan.

« À long terme, nous voulons changer cet écosystème, notamment dans la façon dont les programmes sont élaborés et mis en œuvre pour les enfants et les jeunes nouveaux arrivants. Les opportunités pour mener davantage de recherches ne manquent pas. Cela permettrait d’identifier les priorités, les désirs et les besoins de ces divers groupes de nouveaux arrivants, qu’il s’agisse de groupes de réfugiés, d’immigrants récents ou d’immigrants établis. Je pense que pour cocréer et codévelopper de telles opportunités, il faudrait multiplier les programmes et les rendre accessibles pour ces groupes. »

Kwan pense que ce travail servira de cadre à d’autres institutions poursuivant les mêmes objectifs. Lors du sommet iPLAY, il a vu de belles relations se créer, notamment avec Le sport c’est pour la vie.  

Kabir Hosein, directeur des initiatives stratégiques, applaudit le travail accompli par Kwan et son équipe. Il pense que les nouveaux arrivants qui passent par le programme seront mieux préparés à réussir au Canada. 

« Les nouveaux arrivants apportent de précieuses connaissances et expériences qui peuvent ajouter de la valeur à votre organisation et à ce grand pays. Les organisations qui soutiennent les nouveaux arrivants au Canada se concentrent généralement sur l’emploi, le logement, les soins de santé, l’éducation, l’alimentation et la nutrition, mais qu’en est-il des liens avec les membres de la communauté dans laquelle ils sont arrivés? » a-t-il déclaré.

« Le sport et l’activité physique permettent aux nouveaux arrivants d’établir des liens avec la communauté et de comprendre la culture de ce pays. Le programme iPLAY et les efforts du Dr Kwan et de son équipe fourniront des approches fondées sur des données probantes qui, j’en suis sûr, seront très utiles dans un avenir proche. »