Un programme de basket-ball florissant attire les jeunes de Victoria

par Will Johnson

Devenir un athlète accompli peut être une véritable persistance.

Quelle que soit la perception, si vous voulez réussir dans un sport en particulier, vous devez être prêt à transpirer. Personne ne le comprend mieux que Terrell Evans, qui a dribblé depuis une enfance pauvre dans le Westside de Las Vegas jusqu'à une illustre carrière de basketteur qui l'a mené dans le monde entier, avant de s'installer pour lancer son propre programme à Victoria, The Grind.

"J'ai toujours su, après avoir moi-même eu des entraîneurs exceptionnels, que je voulais un jour redonner à ce sport. Selon mes propres expériences, dans tout ce que je fais, que ce soit dans le domaine de l'éducation ou du sport, quoi qu'il en soit, il y aura toujours des défis.  Vous allez devoir creuser profondément", a déclaré Evans à Le sport c’est pour la vie.  

Le programme a débuté en 2019, peu après qu'Evans ait terminé son diplôme à l'Université de Victoria. L'occasion de servir de mentor à des enfants de la région s'est transformée en quelque chose de plus grand lorsque le bouche à oreille s'est répandu. Son programme venait juste d'atteindre sa vitesse souhaitée lorsque la pandémie a frappé, mais il a pu rester en contact avec ses quelque 30 participants grâce à des séances d'entraînement en ligne. Au fur et à mesure que les restrictions ont commencé à s'atténuer et que le programme a continué à se développer sur la base des principes du développement à long terme du sport et de l'activité physique, son programme a pris de l'ampleur pour inclure environ 100 athlètes.

Bien qu'il n'ait pas spécifiquement ciblé les participants issus de communautés marginalisées, les rangs d'Evans comptent des joueurs d'origines très diverses, grâce à l'importance qu'il accorde à l'inclusion.

"Mes jeunes viennent de partout. De différents milieux, races, ethnies, religions, situations économiques. J'ai des nouveaux arrivants dans mon programme, des participants indigènes, noirs et asiatiques. Ils viennent de partout pour la même raison : s'améliorer au basket."

En ce qui concerne Evans, il ne se contente pas d'enseigner un sport à ces jeunes, il leur montre tout un mode de vie.

"Quand j'ai commencé, je voulais réunir des entraîneurs, des familles et des joueurs qui étaient sur la même longueur d'onde. La vision est la suivante : nous voulons gagner, mais pas en termes de nombre de trophées - plutôt en termes d'expérience de vie et les souvenirs liés à l'appartenance à une communauté et à une équipe. Nous voulons continuer à construire quelque chose de positif et de puissant pour la prochaine génération, tant sur le terrain qu'en dehors", a-t-il déclaré. 

"Nous voulons faire de ce pays un endroit meilleur, alors nous devons commencer dans nos propres cours et nos propres communautés. Il ne s'agit pas seulement de basket-ball, il s'agit d'apprendre. C'est tout un mode de vie. C'est ça, le Grind."

Billie Tes, responsable du personnel et de la culture chez Le sport c’est pour la vie, estime que le programme est un excellent exemple de sport de qualité à la base.

"Ce que je trouve inspirant du travail de Terrell avec The Grind, c'est qu'il met l'accent sur le développement à long terme des athlètes et sur l'inclusion dans la mesure du possible. Les enfants qui participent à son programme ont la chance de créer un amour à vie avec une activité physique qui leur servira pour le reste de leur vie. Ici, chez Le sport c’est pour la vie, c'est exactement le type de programme que nous envisageons de créer, et nous applaudissons le succès de Terrell jusqu'à présent."