Softball Canada active le Développement à long terme des joueurs sur le terrain

Softball Canada a été l’un des premiers à adopter le concept de Développement à long terme des athlètes (DLTA) de Le sport c’est pour la vie. L’organisme national de sport s’est en fait inspiré de son propre modèle de Développement à long terme du joueur (DLTJ). Même si au cours des dix dernières années, le modèle a servi de base pour tous ses programmes, ce ne sont pas tous ses membres qui saisissent la subtilité des modifications et des innovations mises de l’avant ni pourquoi elles étaient nécessaires. C’est qu’il peut être difficile d’avoir une vue d’ensemble et ce n’est pas toujours facile à comprendre pour les parents et les entraîneurs. C’est précisément à cette étape que la Matrice du développement du participant/athlète (MDP/A) prend tout son sens, selon Angela Ballantyne, responsable du programme de DLTP/A de Softball Canada. Ce document indique aux responsables de sports ce qu’ils doivent faire et quand ils doivent le faire. Il permet à ceux-ci de concevoir adéquatement leurs programmes, leurs programmes d’entraînement et l’équipement requis, ainsi que de procéder à la révision efficace du système de compétition. La MDP/A fournit des conseils pratiques sur la façon de mettre en œuvre le modèle du DLTP/A à chaque stade. Quand un sport parvient à concrétiser les concepts abstraits de la philosophie du développement à long terme, il est plus facile pour les parents de comprendre l’impact de ces éléments de programmation sur leurs enfants.

« Si l’entraîneur de votre enfant évoque la Matrice du développement de l’athlète, ou qu’il prépare sa planification de saison dans le but de développer votre enfant de façon à ce qu’il devienne un athlète, cela indique qu’il tient à offrir une expérience sportive de qualité. Le fait qu’il utilise ces outils démontre qu’il accorde de l’importance au résultat, à la progression des athlètes, et non pas seulement à la victoire. Pour un parent, cela devrait représenter un principe clé », a déclaré Angela Ballantyne.

Angela Ballantyne travaille au sein de l’organisme depuis 11 ans. Sous sa gouverne, elle a observé le DLTP devenir partie intégrante de tous les programmes, du programme Timbits Softball jusqu’à ceux adressés aux athlètes de haute performance. En collaboration avec le Dr Colin Higgs de Le sport c’est pour la vie, Softball Canada a pu cerner les lacunes de son modèle, de même que les endroits où il pouvait consolider son approche.

« Nous avons eu de la chance en ce sens qu’à peu près tout le monde a soutenu le DLTP/A et a été favorable aux changements. Nos membres sont ouverts à la nouveauté, et même si les concepts sont parfois vagues et difficiles à comprendre, nous savons qu’ils sont fondés sur la recherche. Et c’est précisément ce que nos membres attendent de nous, que nous prenions des décisions fondées sur des données probantes », a-t-elle affirmé.

Depuis la pandémie de la COVID-19, Softball Canada offre, dans le cadre d’une série de webinaires, des ateliers de perfectionnement professionnel. D’ailleurs, en juin dernier, Angela Ballantyne en a organisé un avec les entraîneurs Dave Peatkau (C.-B.) et Adam Walker (Ontario), lesquels ont tous deux expliqué comment, depuis les dernières années, le fait d’utiliser la MDP/A avait joué un rôle essentiel dans leur succès. Ils ont partagé les expériences de leurs équipes respectives en matière de formation et de compétition; ont donné des conseils aux entraîneurs sur la façon de mieux planifier leurs entraînements; et ont expliqué comment, selon eux, on devrait utiliser la MDP/A pour profiter au maximum des entraînements. Selon Adam Walker, cet outil a transformé la façon dont les membres deson équipe, les Braves de Simcoe, vivent le sport.

« En utilisant la MDP/A avec nos athlètes, nous avons pu nous concentrer sur le développement des athlètes et les aider à atteindre leurs objectifs. Nous nous sommes concentrés sur le succès à long terme de notre programme, plutôt sur une seule saison ou sur un seul match.

« En mettant davantage l’accent sur les objectifs à long terme, et en examinant la situation dans son ensemble plutôt que le résultat d’un seul match, nous avons enlevé beaucoup de pression sur nos athlètes. Je crois qu’au bout de la ligne, les athlètes auront plus de succès à long terme et qu’ils s’engageront dans le sport plus longtemps », a-t-il expliqué.

C’était l’objectif depuis le début, selon Angela Ballantyne.

« Former des athlètes à long terme demande un effort concerté. Ça ne peut être le fait d’une seule personne. Nos outils sont créés avec la participation d’experts en softball, d’administrateurs, de joueurs, d’entraîneurs et de parents. Chaque aspect de notre sport a été considéré dans la création de ces documents de travail. Tout ce que nous faisons évolue constamment parce que nous avons la volonté de changer et d’essayer de nouvelles choses », a-t-elle exprimé.

« Le plus bel aspect du métier d’entraîneur consiste à voir nos athlètes réussir. Quand on en arrive à être capable de signaler des lacunes dans l’entraînement, ou encore de travailler en équipe pour orienter nos efforts au développement de bonnes habitudes de vie, on comprend que ce document est bien davantage que du papier, c’est la clé de voûte qui permet à nos athlètes d’exceller. »

Carolyn Trono, directrice du développement du sport de qualité de Le sport c’est pour la vie, observe le travail de Softball Canada depuis un certain temps, car il illustre le genre de mise en œuvre qu’elle préconise. Elle a été ravie d’apprendre que la MDP/A était devenue un outil central dans leurs activités et qu’ils l’utilisaient de la bonne façon.

« Softball Canada a fait preuve de souplesse et de proactivité dans l’activation du Développement à long terme, autant à l’échelle nationale que sur le terrain. Je pense qu’en parvenant à miser sur le développement de chaque athlète qui se joint à l’une de ses équipes, plutôt que sur la réalisation de hautes performances, ils ont beaucoup progressé », s’est-elle réjouie.

« La MDP/A, un document qui dormait souvent sur les tablettes, est devenue pour eux un outil utilisé à chaque entraînement par les entraîneurs, et elle a servi à redéfinir toute leur approche. Ils accomplissent un travail méticuleux et progressif et à long terme, ils en récolteront tous les fruits. J’ai bien hâte de voir ce à quoi tout cela mènera. »

Depuis, Le sport c’est pour la vie a rebaptisé son modèle pour « Développement à long terme par le sport et l’activité physique », mais nous encourageons les sports à continuer d’utiliser la terminologie établie dans leur sport quant au Développement à long terme de l’athlète.

X