Softball BC s’engage dans la mise en œuvre du Parcours de développement à long terme du participant autochtone

Dans un contexte de racisme systémique en Amérique du Nord et au-delà, les organisations sportives cherchent de plus en plus à pénétrer dans les communautés mal desservies et à créer une meilleure sensibilisation culturelle. Softball BC est un exemple d’organisation provinciale prenant le temps d’intégrer le Parcours de développement à long terme du participant autochtone (PDLTPA) dans sa programmation, découlant des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, pour mieux attirer et retenir les talents autochtones.

Sous la direction et le mentorat de l’Indigenous Sport, Physical Activity and Recreation Council (I·SPARC) et Le sport c’est pour la vie, Softball BC a présenté son programme Timbits dans 12 nouvelles communautés dans le cadre d’une stratégie plus large visant à développer le sport et à construire des infrastructures dans toute la province de la Colombie-Britannique. Il y a deux ans, ils ont créé un comité PDLTPA qui a pour but de travailler en collaboration avec leurs partenaires autochtones.

Ils ont même adopté un nouveau logo, conçu par l’artiste autochtone Jamin Zuroski.

« Les nations et les communautés autochtones jouent au softball et à la balle rapide depuis une éternité et plus, et ce sont des athlètes absolument phénoménaux. Ce que nous avons fait traditionnellement, c’est tendre la main et essayer de les faire rejoindre nos membres, mais beaucoup des choses que nous avons essayées dans le passé ont échoué », a déclaré Rick Benson, directeur exécutif de Softball BC.

« Nous avons décidé que nous souhaitions développer ce programme, non pas dans le but d’augmenter notre membership, mais pour promouvoir le softball dans des communautés qui n’ont pas les ressources ou les outils pour développer leurs athlètes, et investir de l’argent sans aucune attente de retour ».

Jusqu'à présent, cinq organisations sportives provinciales se sont engagées dans le processus de mentorat pour la mise en œuvre du PDLTPA, rendu possible par le Programme de participation sportive de la C.-B. notamment Softball BC, Canoe Kayak BC, BC Wheelchair Basketball Society, BC Lacrosse Association et Basketball BC. Selon Benson, le processus a revigoré l’engagement de Softball BC en faveur de l’inclusion, en s’assurant que leur sport est accessible à tous dans la province. Dans le cas des athlètes autochtones, cela signifie qu’il faut tenir compte des obstacles historiques qu’ils ont rencontrés et s’assurer qu’ils ont un cheminement à la fois vers la haute performance et le plaisir de pratiquer ce sport toute leur vie.

« Lorsque nous avons commencé ce processus, j’étais un peu nerveux et incertain du résultat. La première chose qui m’a frappé avec l’I-SPARC, c’est la façon dont ils se sont efforcés de nous mettre à l’aise dans l’environnement. Ils ont fait un travail incroyable pour nous faire sentir les bienvenus, et ce qui a mis les choses au point, c’est qu’ils ont fait un exercice général pour notre comité d’organisation qui a été si puissant que tous les membres de notre équipe en ont été profondément affectés émotionnellement. Cela a vraiment changé notre perspective sur la façon dont nous allions aborder ce travail », a-t-il déclaré.

Maintenant qu’il s’est engagé dans le processus de mentorat, M. Benson a déclaré que sa vision d’un PDLTPA correctement mis en œuvre inclurait des équipes communautaires alimentant à la fois les systèmes réguliers et autochtones, tout en reconnaissant et en honorant de manière proactive les différences culturelles, l’ascendance et les spiritualités des membres autochtones. En comblant certains des écarts entre les diverses communautés réparties dans toute la province, ils créeraient en fin de compte une base plus solide pour le sport dans son ensemble. Cela signifie un plus grand nombre de joueurs qui visent l’excellence et la haute performance.

« Nous avons investi de l’argent pour envoyer nos experts en softball dans les communautés éloignées, nos entrepreneurs et nos animateurs, et le conseil d’administration a accepté de prendre une partie de nos cotisations et des fonds gouvernementaux pour les envoyer dans ces communautés, construire un nouveau réseau et un sens du travail en commun pour les atteindre, et vraiment les initier au sport », a-t-il déclaré.

« Nous avons convenu de toucher cinq communautés chaque année, et dans chaque communauté, nous effectuerions des visites répétées pour travailler avec les jeunes athlètes, âgés de six à dix ans, tout en travaillant avec les entraîneurs pour leur enseigner le savoir-faire physique et la manière dont nous menons nos programmes. Nous leur donnons ensuite du matériel et d’autres ressources. Ensuite, nous assurons un suivi en effectuant une rétroaction et en examinant ce qui s’est passé, en corrigeant les éventuelles lacunes et en améliorant le programme.»

Maintenant qu’ils se sont engagés dans ce processus de mise en œuvre et ont commencé à introduire de nouveaux programmes, Softball BC a la tâche de mettre à jour toutes les communautés et les équipes de la province sur leur nouvelle vision.

« Nous avons essayé de faire des progrès, et c’est parfois difficile. Ce genre de changement culturel n’est pas quelque chose où l’on appuie sur un bouton et tout est différent. Nous sommes toujours confrontés à des retours en arrière, mais ce qui est gratifiant, c’est la facilité avec laquelle les gens ont adhéré à cette idée une fois qu’ils ont compris quel était l’objectif, des gens qui étaient des influenceurs au sein de notre communauté. Ils ont embarqué, et ils ont pris les bonnes mesures, et si nous restons cohérents, je pense que nous pouvons réaliser ce changement de culture", a-t-il déclaré.

Le résultat final de ce travail sera qu’un plus grand nombre de membres autochtones de la Colombie-Britannique auront la possibilité de s’engager dans le sport de qualité, que ce soit par l’intermédiaire de leur organisation ou d’équipes de base plus petites. Mais le plus important pour Benson est que tous les athlètes aient la chance de faire partie de l’équipe, sans craindre de ne pas être acceptés ou compris.

« C’est vraiment quelque chose en quoi nous croyons et cela nous a inspiré ces deux dernières années de participer à ce programme ».

X