L’école tribale ȽÁU, WELṈEW̱ intègre la langue traditionnelle à la littératie physique

Le développement de la littératie physique consiste à concevoir sur mesure des occasions pour que les participants puissent réussir de la façon qui leur convient le mieux. Dans le cas de l'école tribale ȽÁU, WELṈEW̱ à Brentwood Bay, cela signifie traduire des jeux et des activités dans la langue traditionnelle des élèves.

« Nous travaillons d'arrache-pied à la revitalisation de la langue depuis six ans, et un grand nombre de nos cours sont donnés dans la langue SENĆOŦEN. Ce qui est formidable dans notre partenariat avec Le sport c'est pour la vie, c'est que nous avons pu utiliser notre langue pendant nos activités physiques », a déclaré Mme Sampson, enseignante en immersion à la maternelle et en première année.

« Je trouve que les élèves sont maintenant plus enthousiastes à propos de l'éducation physique, du gymnase et du plein air. »

Pendant les périodes d'activité physique à l'école, Le sport c'est pour la vie offre les services d'un mentor invité qui travaille avec Sampson pour introduire les habiletés motrices fondamentales d'une façon amusante et accessible. Mme Sampson apprécie particulièrement la façon dont les exercices décomposent les sports et les mouvements complets en morceaux plus digestes, amenant les élèves à développer leur coordination ou leur équilibre avant de leur demander de faire des mouvements plus complexes.

Selon elle, les instructeurs devraient se concentrer sur l'apprentissage du lancer et du rattrapage avant d'essayer de jouer au baseball. L'une des choses qu'elle préfère est d'incorporer de la musique et de la danse dans leurs plans de cours, en utilisant souvent des morceaux de A Tribe Called Red pour mettre les enfants en forme.

« Parfois, nous avons l'impression de les piéger et de les amener à apprendre, mais nous discutons aussi avec eux de l'importance d'être actifs. Nous apprenons les battements de notre cœur, nous demandons si notre sang coule. Nous avons aussi incorporé du yoga et du temps de méditation, ce qui a été extrêmement bénéfique. »

Mme Sampson est passionnée par l'idée de fournir à ses élèves les outils et les occasions de mener une vie active.

« Nous avons un certain nombre d'élèves qui ont des besoins particuliers et nous avons étudié des options pour les aider. Il est si important de les garder actifs et engagés, et toute l'école, de la maternelle à la 5e année, s'engage à les garder actifs tout au long du chemin. »

L'enseignante mentor de l'école est Jessica Waterman, surnommée « Coach Jess » par ses élèves. Elle a appris un certain nombre de mots de SENĆOŦEN depuis qu'elle y a commencé son travail, et elle a trouvé inspirant d'être à la base du développement de ces étudiants.

Ce travail vise à établir des relations, et Le sport c'est pour la vie est reconnaissant de travailler à l'échelle nationale avec le Cercle sportif autochtone, à l'échelle provinciale avec l'Indigneous Sport, Physical Activity and Recreation Council (ISPARC), localement avec le Pacific Institute for Sport Excellence et à l'école. Ce projet a été riche d'enseignements sur le renforcement de la capacité de l'école à poursuivre ce travail au-delà du projet et à s'assurer qu'il existe des ressources et des outils permettant à l'école de réussir.

« Je pense que ce serait un coup de dés de chercher à savoir qui a appris le plus : moi ou les enfants, » dit Waterman.

« Le temps que j'ai passé avec ces élèves a été rempli de plaisir, de rires et de développement des compétences grâce à divers jeux et activités. Nous explorons leur potentiel. Cela a été extrêmement satisfaisant de voir comment la littératie physique enrichit leur vie et d'établir cette relation avec la communauté. »

Mme Sampson est tout à fait d'accord. Elle prévoit poursuivre cette collaboration pour les années à venir.

« Ce fut une belle expérience d'apprentissage réciproque, » a-t-elle dit.

X