Le projet Activité physique et littératie physique à l’école offre un institut d’été pour les enseignants

Lorsqu’il s’agit de développer la littératie physique en classe, il est important de rester humble et d’identifier ses alliés - ou du moins, c’est ce qu’a retenu Adam Knowlson, un professeur d’éducation en plein air du district scolaire de Langley qui a participé à l’institut d’été du projet Activité physique et littératie physique à l’école en juillet dernier.

« L’institut d’été a été une expérience vraiment positive pour moi. J’y suis allé en croyant déjà au concept de littératie physique, mais j’avais du mal à trouver le moyen de l’intégrer dans mon enseignement de manière inclusive et je voulais développer ma pratique », a déclaré M. Knowlson à Le sport c’est pour la vie. Il a été l’un des 24 enseignants et stagiaires en enseignement de la Colombie-Britannique à participer à cette formation intensive de cinq jours.

« C’était un bouleversement fondamental sur le plan philosophique. Après la fin du cours, j’ai vraiment réfléchi à l’expérience pendant des semaines et je suis devenu obsédé par la matière d’une manière tout à fait imprévue : tous ces instantanés d’expertise d’experts dans le domaine de la littératie physique et de la santé. Cela va avoir un impact énorme sur la façon dont j’enseigne. »

Adam reconnaît que de nombreux enseignants ne consacrent pas autant de temps à l’éducation physique qu’à d’autres matières telles que l’anglais et les mathématiques, car elle est souvent considérée comme moins prioritaire et ne profite pas du même niveau de ressources. Alors que le mouvement florissant d’éducation physique s’intègre de plus en plus dans la conscience culturelle du Canada grâce à des initiatives telles que le projet Activité physique et littératie physique à l’école, il pense que nous assisterons à de petits changements, puis à des changements plus importants dans la façon dont les élèves de Colombie-Britannique sont actifs pendant la journée scolaire.

« Plutôt que d’essayer de vous attaquer seul à la réforme de l’ensemble du système d’enseignement de la littératie physique, en pensant que vous êtes la seule personne à mener des pratiques vers une amélioration, je pense qu’il est préférable de trouver vos alliés et des gens qui croient aux mêmes choses et qui travailleront avec vous pour collaborer à ces améliorations. Cette évolution se fera au fil du temps. Et vous devez être patient et aimable avec vous-même si votre enseignement n’est pas encore au niveau que vous souhaitez. »

Nous semons ces graines

Si les choses s’étaient déroulées comme prévu, le premier Institut d’été proposé dans le cadre du projet Activité physique et littératie physique à l’école aurait eu lieu en personne à l’UBC pendant cinq jours. L’instructeur principal de l’institut d’été, Steve McGinley, avait déjà une grande tâche d’organisation à accomplir avant que la pandémie ne frappe, et elle n’a fait que s’amplifier lorsque l’équipe de gestion principale a réalisé que tout devrait être adapté pour être présenté de façon virtuelle.

Steve McGinley

« C’était une occasion unique où nous avions investi tout cet argent dans la formation pour des travaux novateurs importants, nous savions donc que nous devions en profiter, quelles que soient les circonstances », a déclaré M. McGinley, membre de la direction de PHE Canada.

« Notre but final était d’atteindre les objectifs généraux du projet : nous voulions accroître la compétence et la confiance des enseignants des écoles primaires pour dispenser le programme d’EPS en Colombie-Britannique et augmenter le nombre de minutes de la journée scolaire où les élèves développaient leur littératie physique. La vision, c’était ça. »

Ils ont réussi à réunir sept intervenants du domaine de l’éducation physique et de la santé pour enseigner aux participants de l’institut, qui sont tous des enseignants actuels ou futurs dans le système scolaire. Les présentateurs invités étaient également présents tout au long du cours, interagissant avec les étudiants pendant qu’ils travaillaient sur une série de modules. Le tout a débouché sur un projet de synthèse où chaque étudiant a pu articuler sa compréhension ce qu’il avait appris.

« C’était une belle célébration et il était évident que les étudiants trouvaient que l’institut était un succès. Leurs projets finaux abordaient des questions fondamentales telles que : qui suis-je en tant que professionnel en développement? D’où est-ce que je viens? Quels sont mes engagements en matière d’éducation? Et comment vais-je continuer à me développer professionnellement?

Globalement, le projet Activité physique et littératie physique à l’école cherche à réaliser un changement de culture fondamental - ce qui n’est pas une mince affaire. Mais lorsque M. McGinley réfléchit à ce qu’ils ont accompli pendant quelques jours, il se dit que l’impact à long terme sera exponentiel. Il prévoit déjà réaliser une étude longitudinale de l’institut pour voir comment l’améliorer.

« C’est l’occasion pour les éducateurs d’améliorer leur pratique, et c’est un voyage d’apprentissage qui dure tout au long de la vie. Ce n’était que le premier institut d’été, utilisant cette approche multisectorielle de réunion de nombreux intervenants. Cela va prendre du temps, mais nous semons ces graines au fur et à mesure et nous récolterons les fruits en temps voulu. »

Honorer les perspectives autochtones

Kathleen Morin est éducatrice physique et directrice de l’école Witset First Nation, une communauté près de Smithers. Elle a obtenu son premier diplôme d’enseignement à l’Université de la Colombie-Britannique en 1998, mais s’est inscrite à l’institut d’été pour poursuivre ses études en vue d’obtenir une maîtrise en leadership éducatif.

« C’était un vrai défi pour moi. C’était beaucoup de travail. Je n’ai pas été à l’université depuis que j’ai terminé mon diplôme, alors j’ai choisi l’institut d’été pour voir si je pouvais suivre un vrai cours et retourner à l’université », dit-elle.

« Cela a transformé ma façon de planifier, de sorte que maintenant, quand je fais de l’éducation physique avec les élèves, je me concentre sur la création d’activités où davantage d’enfants s’engagent et s’amusent. Cela m’a permis de prendre conscience de mes choix de jeux et d’en choisir de plus inclusifs. En tant qu’éducatrice autochtone, je considère que passer du temps et apprendre en plein air est très utile pour enseigner aux enfants, et l’institut d’été a encore renforcé cette valeur. »

Mme Morin a affirmé que les attitudes à l’égard de l’importance de la littératie physique ont considérablement évolué depuis sa dernière année d’études, et elle apprécie le fait qu’elle est maintenant passée au niveau de la lecture et des mathématiques. Elle est particulièrement reconnaissante pour le segment du programme consacré aux perspectives autochtones.

Kathleen Morin's class during an outdoor education experience.

« Être avec un groupe d’éducateurs discutant ensemble de l’éducation des autochtones et de l’apprentissage en plein air, j’ai vraiment eu l’impression que tout le monde avait l’esprit et le cœur ouverts. Je n’ai jamais eu l’impression, lors de ces appels Zoom, qu’ils n’étaient pas ouverts à l’idée d’apprendre des Premières nations de Colombie-Britannique, ce qui m’a procuré un sentiment d’autonomisation. »

Les présentateurs experts ont eu un grand impact sur Mme Morin, et ont expliqué plus en détail comment le manque d’activités de littératie physique pour les jeunes étudiants peut conduire à des choix de vie sédentaires et malsains, ce qui la préoccupe dans sa propre communauté. Elle a l’intention de partager avec les autres éducateurs de sa communauté ce qu’elle a appris lors de l’institut d’été.

« Les enfants ne sont pas assez actifs et cela affecte négativement leur santé, nous devons donc vraiment apprécier la crise dans laquelle nous sommes et travailler ensemble pour changer. »

Bloguer sur la littératie physique

L’un des participants à l’institut d’été était Darryl Beck, un enseignant-bibliothécaire de Vernon. Lorsque le moment est venu de décider de la forme de son projet synthèse, il a décidé de capturer l’expérience sur son blogue, en partageant des graphiques et des idées convaincantes tout en expliquant ce qu’il retenait de l’Institut.

« Le temps qui nous était imparti pour présenter ne suffisait pas pour partager tout ce que nous avons appris en si peu de temps, alors j’ai voulu que mon projet synthèse soit une célébration de l’apprentissage avec une petite vidéo qui montrait à quelle vitesse les choses se passaient, avec des mots clés et des leçons tirées de chaque module que nous avons suivi », a-t-il déclaré.

Darryl a déjà prévu de partager ses connaissances avec ses collègues enseignants de Vernon, en proposant à sa direction une journée pro-D axée sur la littératie physique. Il a déclaré qu’ils doivent être particulièrement proactifs à ce sujet pendant la pandémie, pendant qu’ils s’adaptent aux nouveaux protocoles et aux nouvelles limites. Il prévoit d’intégrer beaucoup plus d’enseignement en plein air dans sa classe.

« J’ai parlé à mon directeur, lui expliquant que cela faisait partie d’une initiative plus grande pour l’éducation physique en Colombie-Britannique, et j’ai dit qu’à un moment donné, nous allons tous en faire partie. Nous sommes partis du bon pied avec des choses comme un parcours sur la littératie physique dans le couloir, mais rassemblons l’ensemble de notre personnel autour de ce sujet, parce que nous avons la possibilité de créer un changement de culture. »

D’autres instituts d’été sont actuellement en cours de planification, le prochain étant prévu pour l’été 2021. Des informations seront diffusées au cours de la prochaine année pour faire savoir s’il sera proposé en personne ou à distance.

X