La littératie physique sous les projecteurs grâce à West Van

Photo by Mike Wakefield, North Shore News

Le district scolaire West Vancouver Schools s’apprête à intégrer la littératie physique à son programme d’études quotidien. Une initiative ambitieuse qui s’échelonnera sur plusieurs années et qui attire l’attention partout au pays. Le projet a d’abord été lancé au cours de l’année scolaire 2015-2016. Ils ne travaillaient alors qu’avec des élèves de deuxième année. Ils ont maintenant élargi leurs efforts pour inclure chaque élève, de la maternelle jusqu’à la 12e année.

« L’objectif a toujours été de créer une culture du mouvement à l’échelle du district. Nous en avons fait la promotion et avons encouragé les gens à être actifs en organisant des ateliers, en fournissant des ressources et en nommant des ambassadeurs dans chaque école. Pour une raison qui nous échappait, les efforts déployés ne donnaient pas de résultats durables. Le message que nous lancions était important et les gens le comprenaient, mais il semblait toujours relégué au dernier plan.

« La littératie, les mathématiques et les autres matières étaient valorisées, mais le mouvement, lui, venait toujours en dernier. C’est au moment où nous avons pensé à intégrer le mouvement directement dans la salle de classe que les choses ont commencé à changer », a déclaré Diane Nelson, directrice de l’enseignement, de l’apprentissage et de l’innovation pour le district West Van Schools.

Auparavant, les ambassadeurs de la littératie physique distribuaient des plans de leçon détaillés. Ce n’est que lorsqu’ils sont passés à un format vidéo numérique, pour que les élèves puissent voir concrètement ce qu’ils étaient censés faire, que l’intérêt a commencé à se manifester. L’équipe a décidé de rendre la participation obligatoire en insistant sur la conscience du mouvement en tout temps et en tout lieu, pas seulement au moment prévu. Lorsqu’ils ont évalué les enfants, ils ont constaté que beaucoup d’entre eux n’avaient pas acquis les habiletés qu’ils auraient déjà dû maîtriser.

« Nous voulions attirer l’attention des enseignants sur le sujet et leur offrir du soutien, mais nous étions conscients qu’ils en avaient déjà beaucoup sur les bras, et que distribuer un plan de leçon détaillé ne fonctionnerait probablement pas. Nous avons donc eu l’idée de rassembler les ressources et de les envoyer dans les boîtes courriel des enseignants dans un format numérique facile à visualiser », a expliqué Diane Nelson.

Diane raconte que les enseignants ont rapidement saisi les idées et qu’ils ont été en mesure d’offrir les activités à leurs élèves avec succès, augmentant du même coup leurs compétences et leur confiance en tant qu’enseignant.

« Ces évaluations ont été révélatrices d’un manque à gagner. Elles ont eu un rôle clé, car elles nous ont clairement démontré que ces enfants n’avaient pas acquis certaines habiletés fondamentales », a déclaré Amber Pascual, l’une des mentors, avec Erin Crawford, en matière de littératie physique. Elles ont constaté que sur les 1 580 élèves évalués, seulement 13 pouvaient exécuter adéquatement les cinq habiletés.

Elles ont décidé d’adopter une approche « sans excuses », c’est-à-dire qu’elles ont communiqué avec les enseignants et leur ont dit qu’ils ne pouvaient pas se permettre de laisser passer cette occasion. La première année, elles n’ont travaillé qu’avec des élèves de deuxième année. Quand elles ont commencé à examiner les résultats, elles ont été stupéfaites de ce qu’ils démontraient.

« Non seulement les élèves ne pouvaient pas faire les mouvements, mais ils ne les connaissaient même pas parce qu’ils n’avaient pas acquis le vocabulaire pour les désigner. Par exemple, un bond et un saut sont des mouvements très différents.

« Une fois que nous leur avons enseigné le vocabulaire, ils ont vite compris comment exécuter les mouvements. Les enfants avec lesquels nous avons travaillé au cours de cette première année ont maintenant appris le vocabulaire et le langage essentiel pour commencer leur apprentissage. Ils étaient d’abord timides, puis ont graduellement démontré de l’enthousiasme et ont ensuite affiché une grande fierté par rapport à leurs réussites. Ils étaient réellement contents de démontrer leurs prouesses », a souligné Erin Crawford.

À la fin août de cette année, un événement d’une journée a été organisé pour regrouper tous les administrateurs qui se consacrent à la littératie physique et à la santé mentale. L’idée était de faire en sorte que tous soient sur la même longueur d’onde. Le surintendant Chris Kennedy a consacré la journée complète à la littératie physique et à la santé mentale. Ils ont demandé aux administrateurs de reproduire les mouvements pour qu’ils aient une meilleure idée des activités offertes et de la façon dont elles pouvaient être intégrées dans les salles de classe.

À la suite de cette conférence d’une journée, et avant la rentrée scolaire en septembre, le surintendant Chris Kennedy a également tenu un événement dans l’ensemble du district scolaire West Vancouver Schools à l’intention de tous les employés. L’événement comprenait les présentations du Dr Mark Lysyshyn, un médecin hygiéniste, du Dr John Cairney et du Dr Dean Kriellaars, des chefs de file internationaux dans le développement de la littératie physique. Ils ont tous parlé de l’urgence du mouvement et de ses répercussions à long terme.

« Ce fut l’une des plus belles journées d’ouverture à ce jour, car le message d’urgence a semblé avoir été entendu par tout le monde. Les conférenciers ont d’ailleurs été ovationnés. Depuis cette journée, nous recevons une foule de courriels et de demandes d’information qui démontre l’enthousiasme des gens par rapport à la suite des choses », s’est exclamée Diane Nelson.

Drew Mitchell, de Le sport c’est pour la vie a aidé Diane Nelson à faire connaître la littératie physique dans le district scolaire de West Vancouver Schools dans le cadre du projet Littératie physique pour les communautés (en anglais seulement). Il a été ravi de voir l’enthousiasme des administrateurs ainsi que les grands titres qui ont suivi. Comme les gens continuent en grand nombre d’adopter la littératie physique, il croit que les réalisations de West Vancouver peuvent servir d’exemple à d’autres établissements, gouvernements et districts scolaires.

« Ce qui se passe à West Vancouver est le résultat d’une volonté ferme et d’un travail progressif, et ce n’est qu’après des années de travail que nous pouvons nous réjouir de ces retombées exceptionnelles. « Notre souhait, c’est que les élèvent développent la littératie physique et qu’elle fasse partie d’eux pour la vie pour qu’ils puissent partager leur passion pour le mouvement avec leurs proches », a-t-il expliqué.

Les bienfaits que cela apportera aux enfants sur le plan social, en plus des bienfaits durables qu’ils en retireront quant à leur santé physique et mentale, leur donneront les outils dont ils ont besoin pour être confiants et actifs toute leur vie. »

X