La Conférence internationale de la littératie physique suscite un enthousiasme unanime

L’événement a été riche d’enseignements.

Les 300 délégués qui ont participé à la dernière Conférence internationale de la littératie physique (CILP) à Winnipeg ont eu droit à une foule d’activités. La première journée s’est ouverte sur une série d’ateliers interactifs. Les trois autres jours se sont déroulés au centre des congrès de l’hôtel Fort Garry et ont été consacrés à accueillir des conférenciers de partout dans le monde.

« Cette année, nous avons réussi à réunir les voix d’éminents chefs de file en matière de littératie physique. Le but n’était pas seulement d’en apprendre davantage, il s’agissait aussi de favoriser le réseautage et le partage des travaux entre les secteurs », a déclaré Richard Way, directeur général de Le sport c’est pour la vie, qui en a profité pour faire remarquer que des conférenciers étaient venus d’aussi loin que du Qatar, de l’Irlande, de la Suède et de l’Australie.

« C’était tellement encourageant de voir la façon dont les diverses initiatives en matière de littératie physique enrichissent la vie des gens partout dans le monde, et d’entendre les histoires inspirantes qui illustrent la façon dont ce travail progresse », a-t-il ajouté.

Ceux ayant participé aux autres CILP dans le passé ont pu constater les progrès qu’a réalisés le mouvement de la littératie physique.

« J’y ai participé en 2013 et en 2015. Il est formidable de voir l’évolution du mouvement parmi les chercheurs, les praticiens et les décideurs. Je rapporte une foule de renseignements qui m’aideront à faire une différence », s’est réjouie la Dre Anne Pousette, un médecin de famille de Prince George (C.-B.).

Le kinésiologue Bill Gillespie, venu du Qatar, a lui aussi été impressionné par la portée de l’événement et par l’expertise des gens sur place.

« Je me suis senti chaudement accueilli dans ce milieu passionnant qu’est la littératie physique et je me sens certainement mieux outillé pour promouvoir encore plus ardemment la vie active et les initiatives qui permettent de rendre la littératie physique accessible à tous », a-t-il dit.

Le programme de la conférence comprenait principalement les conférences de Catherine Carty, et des professeurs John Cairney, Guy Faulkner, Dean Dudley, Dean Kriellaars et Stephane Lenoski. Ces conférenciers ont abordé de nombreux sujets, allant du lien entre l’inactivité physique et la santé mentale jusqu’à l’importance de l’inclusion. Aussi, une soirée a été organisée au Musée canadien pour les droits de la personne pour réfléchir sur le concept de littératie physique en tant que droit de la personne.

En parlant d’un nouvel arrivant syrien qui participait à la conférence, Richard Way s’est exprimé ainsi : « Je me souviendrai longtemps de cette soirée, en raison de l’histoire incroyable partagée par le jeune Ahmed. »

« Même s’il a perdu sa jambe à la suite d’une explosion, il est toujours aussi passionné par le sport. Maintenant qu’il vit à Winnipeg, il reste actif en jouant au hockey sur luge. Ce garçon démontre une telle passion d’exceller, que je ne serais pas surpris de le voir arborer la feuille d’érable sur la poitrine dans 10 ans. »

X