Cindy Ouellet, athlète paralympique, raconte l’histoire de son succès au Sommet canadien Le sport c’est pour la vie 2020

Sur le coup, elle n’a pas vraiment compris la gravité de la nouvelle.

Alors skieuse alpine et joueuse de soccer, Cindy Ouellet n’avait que 12 ans lorsqu’on lui a diagnostiqué un cancer des os, ce qui allait changer radicalement sa trajectoire de vie. L’opération qui a suivi lui a coûté l’usage de ses jambes et l’a plongée dans une dépression durant sa convalescence, la jeune sportive anéantie de devoir renoncer à son rêve de devenir une athlète olympique. Ses parents l’ont emmené consulter un physiothérapeute, qui l’a aidée à redéfinir son objectif de vie, après quelque temps, elle a décidé de s’essayer au basketball en fauteuil roulant.

« Je parle souvent de carpe diem, de l’importance de profiter de chaque journée et de tirer le maximum de chaque occasion qui s’offre à nous », a expliqué Cindy Ouellet à Le sport c’est pour la vie après avoir accepté d’être animatrice francophone pour le Sommet canadien Le sport c’est pour la vie 2020.

« On peut tirer des leçons de chaque expérience, qu’elle soit positive ou négative, et cela peut nous aider à devenir une meilleure personne. Depuis l’annonce de mon diagnostic, je mise sur cela : aller de l’avant. »

C’est cette résilience et cette persévérance qui ont poussé Cindy Ouellet à devenir championne dans deux sports paralympiques, l’emmenant ainsi à des compétitions de basketball en fauteuil roulant et de ski nordique paralympique aux quatre coins du globe. Comme si elle n’était pas assez occupée, elle a aussi été impliquée de près dans le milieu du CrossFit adapté durant plusieurs années. Et tout cela en poursuivant ses efforts académiques, couronnés par un doctorat en génie biomédical.

« Je veux éduquer les gens et leur montrer que nos handicaps et nos fauteuils roulants ne vont pas nous arrêter. Au fond, c’est plus amusant de regarder une partie de basketball qui se dispute en fauteuil roulant. Et je veux que les gens comprennent que n’importe quel sport peut être adapté », soutient Cindy Ouellet.

« La science a beaucoup évolué au cours des dix dernières années. Même les fauteuils roulants et l’équipement que nous utilisons se sont grandement améliorés. »

Cindy Ouellet croit également que le mouvement du sport de qualité a contribué à améliorer le volet de l’inclusion et à faire en sorte que chaque personne participante ait une expérience sans abus ou harcèlement. En tant qu’athlète féminine, elle a été victime d’intimidation à l’école. Ouvertement homosexuelle, elle a également été confrontée à l’homophobie toute sa vie. Mais tout cela n’a fait que renforcer sa détermination à changer les mentalités afin que les enfants ne soient pas exposés à ces éléments négatifs dans l’avenir.

« Je m’accepte comme je suis et je me sens très bien dans mon corps et avec qui j’ai choisi d’être, et je peux en parler aujourd’hui. La clé, c’est de ne pas laisser les événements qui surviennent définir qui nous sommes. »

Cindy Ouellet est l’une des nombreuses personnalités fascinantes du milieu du sport et de la littératie physique qui participeront au Sommet de cette année, dont le thème sera « Célébrer le succès ». Au début de la Journée francophone, elle présentera son témoignage dans le cadre d'un atelier sur l'intimidation et la violence dans le sport. Elle sera également animatrice de la conférence et fera partie d'un panel intitulé Stories of Success.

Pour jeter un coup d’œil au programme ou pour vous inscrire, visitez sportpourlaviesommet.ca. Pour en savoir plus, écrivez à Claudine Gilbert, l’organisatrice de l’événement, à claudine@sportforlife.ca.

X