Au secondaire, une école lance un programme sportif novateur et ouvre la voie à l’amélioration du développement sportif à long-terme de ces élèves

Suite à la récente annonce de son lancement officiel, le programme Sport 3D et ses concepteurs recueillent déjà beaucoup d’intérêt du secteur sportif, ainsi que des médias tels que Radio-Canada, depuis les dernières semaines. Dirigée par Sébastien Ouellet et cinq intervenants du Juvénat Notre-Dame du Saint-Laurent, l’approche novatrice de ce programme semble combler un réel besoin.

« Suite à l’article de Martin Leclerc, chroniqueur de Radio-Canada, plusieurs personnes se sont montrées curieuses. L’intérêt chez les futurs élèves fut également fortement suscité », relate Sébastien Ouellet. « Nous sommes très satisfaits de la réponse des gens. Cette dernière nous confirme quant au choix de la direction que nous prenons. »

En janvier 2021, lors de la prochaine édition du Sommet canadien Le sport c’est pour la vie, Sébastien Ouellet présentera le processus ayant permis à l’Équipe des sports de son école de produire et d’implanter le programme Sport 3D au sein de son établissement scolaire.

De par son approche, Sport 3D, signifiant Développer et Diversifier pour Durer, souhaite développer harmonieusement et de manière optimale l’ensemble des habiletés sportives des élèves grâce à la diversité sportive, avec le but de rester actifs tout au long de leur vie.

Ce programme évolutif sur 5 années (secondaire 1 à 5) accueillera ses premiers élèves, une soixantaine environ, lors de la prochaine rentrée scolaire, en septembre 2021.

Lors de la présentation au Sommet, Sébastien Ouellet traitera des réflexions initiales de cette nouvelle approche, ainsi que des difficultés rencontrées et des adaptations nécessaires à la mise en place de ce nouveau programme.

Il souhaite exposer l’ensemble du processus établi au sein de son école, le Juvénat Notre-Dame, et nous explique : « Ce partage d’expérience pourrait encourager d’autres intervenants sportifs à se lancer dans une telle voie, en modifiant l’approche actuelle de leurs propres programmes. Cette nouvelle orientation pourrait fort probablement se vivre dans n’importe quel milieu scolaire, chacun y apportant sa couleur en fonction de ses propres convictions et de la réalité de son milieu; le tout, en gardant comme priorité d’apporter ce qui nous apparaît être le mieux pour le jeune ».

Sébastien poursuit, en n’occultant pas les difficultés rencontrées : « C’est certain que la mise en place d’un tel projet est exigeante. Il faut bien expliquer les choses et être patient. Comme toute nouveauté, il faut également s’attendre à devoir convaincre. Assurément, l’ensemble de ces démarches demandent de sortir de sa zone de confort, mais lorsque les choses prennent forme et aboutissent tel qu’on l’envisageait, alors la satisfaction engendre la motivation à continuer d’avancer dans la direction souhaitée. C’est valorisant pour tout le monde; on ressent une nouvelle dynamique et l’école au complet en tire les bénéfices ».

Pour l’ensemble du personnel sportif de son école, la réflexion et le souhait d’établir une nouvelle approche se montraient nécessaires et s’avéraient une évidence. 

« Durant les dernières années, nous observions des problèmes récurrents liés au manque de motivation de nos élèves inscrits dans nos programmes sportifs spécialisés, associé à une carence au niveau des habiletés sportives de base. Il devenait donc urgent de réagir et de tenter de trouver des solutions. Cette préoccupation d’offrir quelque chose de différent à nos jeunes se montrait grandissante dans nos discussions et nous sommes heureux aujourd’hui d’avoir pris ce virage, dans leur intérêt », se réjouit Sébastien Ouellet.

L’approche souhaitée par Sport 3D offrait quelques exemples concrets en écoles primaires, mais très peu étaient destinés à des élèves âgés de 12 à 17 ans.

Sébastien Ouellet détaille : « Nous avons établi notre propre modèle de développement, en tenant compte en premier lieu des recommandations des experts sur le sujet, puis de la réalité de notre milieu de par les ressources humaines et matérielles de notre école, et en ajoutant nos propres convictions liées à notre vécu de sportif et à la vision que nous nous faisons du sport. Le tout avec le désir que nos jeunes continuent de pratiquer le sport tout au long de leur vie et soient eux-mêmes des exemples à suivre au sein de leur communauté ».

Ainsi, le programme Sport 3D offre plus de 18 sports différents qui, au fil du cursus des élèves varieront selon les intérêts propres à chacun. Les deux premières années du programme se concentrent sur la consolidation des habiletés de base, les deux suivantes permettront un approfondissement des apprentissages, et la cinquième année offrira, en plus d’un perfectionnement dans certains sports choisis, la possibilité à chaque jeune de se fixer un objectif et de se préparer à sa réalisation par le biais d’un Projet intégrateur sportif.

Afin d’assurer une réelle diversité sportive, chaque cours sera construit autour de différentes activités visant la pratique des diverses familles de sports (sports de raquettes, sports de balles et ballons, sports collectifs, sports individuels). Des sorties et des activités spéciales sont également prévues, autant pour permettre aux élèves d’assister à des compétions de haut niveau, que d’expérimenter des sports nécessitant un encadrement ou un environnement particulier ou de se confronter à des jeunes d’autres institutions scolaires.

Bien que le programme Sport 3D ne débutera ses activités qu’à compter de septembre 2021, les intervenants expérimentent déjà plusieurs concepts auprès de leurs élèves de première et deuxième secondaire.

« Cette démarche nous permet de tester, d’évaluer et d’approfondir notre approche, dans l’attente de nos premiers élèves », explique Sébastien Ouellet.

L’un des souhaits de Sport 3D est également de tisser des liens avec des organisations sportives civiles, tous sports confondus. De par son contenu, l’un des atouts de ce nouveau programme est d’être un réel partenaire du développement sportif du jeune.

Sébastien Ouellet dit : « Nous agissons en harmonie avec ce qui est offert au jeune en dehors de l’école. Cette complémentarité facilitera le travail de tous les acteurs de son développement et le jeune ne pourra qu’en sortir gagnant. Nous désirons donc développer diverses collaborations avec les associations sportives de notre milieu; dans ce sens, nous sommes satisfaits qu’un premier partenariat ait été officialisé avec un club de soccer de notre région ».

À l’aube de l’arrivée des premiers élèves, Sébastien Ouellet pense qu’une étude sur plusieurs années pourrait également être mise en place, afin de valider les éventuels bienfaits de ce type d’approche sur le long terme.

« Il pourrait être intéressant qu’une étude soit menée. Il serait ainsi bénéfique pour beaucoup de monde d’en analyser les résultats, d’en tirer certaines conclusions et d’apporter des ajustements aux différentes orientations, dans le but de contribuer à une société toujours plus active et en santé », souhaite Sébastien Ouellet.

Pour conclure, Sébastien Ouellet se montre enthousiaste pour l’avenir : « Même si nous sommes conscients que nous avons encore beaucoup de travail à accomplir pour remplir tous nos objectifs, une de nos fiertés serait de constater de moins en moins de jeunes se détachant du sport après leurs études secondaires, et de voir dans le futur nos anciens élèves encore actifs et désireux d’inculquer ce mode de vie à leurs propres enfants ».

La boucle serait ainsi bouclée, Sport 3D aurait réussi à « Développer et Diversifier pour Durer ».

X